Incohérences dans les politiques européennes de gestion des déchets et de lutte contre les changements climatiques

Lundi 27 Août 2012

Le 15 mai dernier, l'association GAIA (Global Alliance for Incinerator Alternatives) a présenté au Parlement européen un rapport inquiétant mettant en avant d'importantes incohérences entre la politique européenne de gestion des déchets et celle de lutte contre les changements climatiques.
D'un côté, la politique de l'Union Européenne sur les déchets solides municipaux est basée sur la hiérarchie de traitement des déchets qui priorise la réduction, la réutilisation et le recyclage. Dans un objectif d'usage plus efficace des ressources naturelles, la mise en décharge et l'incinération se trouvent tout en bas de cette hiérarchie.
D'un autre côté, les politiques climatiques de l'UE sont construites sur un système qui permet aux Etats membres de diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre, non pas sur leur propre territoire, mais par la mise en place de projets dans les pays en développement, dans le cadre d'un dispositif appelé Mécanisme de Développement Propre.
Or, les systèmes de récupération des gaz en décharge et l'incinération des déchets sont considérés, à l'heure actuelle comme des projets réducteurs d'émission de gaz à effet de serre ! En conséquence, les Etats membres choisissent d'investir dans de tels projets dans les pays en développement plutôt que de réduire leurs propres émissions.

Cette pratique a des conséquences désastreuses sur le plan social et environnemental dans les pays en développement. En effet, elle conduit à la production d'émissions toxiques et à la disparition des pratiques traditionnelles de compostage et de recyclage. Elle met ainsi à mal tout le secteur informel du recyclage qui faisait vivre de nombreuses familles. En outre, l'UE soutient des projets de gestion des déchets dans les pays en développement qui seraient illégaux sur le sol européen.

GAIA est inquiet de l'échec du processus accréditations des Mécanismes de Développement Propre. Nombre de projets éligibles ne conduisent pas réellement à des réductions d'émissions de gaz à effet de serre et ne permettent pas un transfert de technologies vers les pays en développement. Ces contradictions importantes dans les politiques européennes devraient être corrigées au plus vite et l'association GAIA appelle à un moratoire immédiat sur tous les crédits carbone gagnés au travers de projets de récupération de gaz dans les décharges et d'incinérateurs.

Plus d'infos sur http://www.no-burn.org